Plan de relance d’économie américaine : pourquoi les Républicains contestent-ils le projet de Joe Biden ?

Plan de relance d’économie américaine : pourquoi les Républicains contestent-ils le projet de Joe Biden ?

Le nouveau président américain Joe Biden a vu l’un de ses programmes phares reçus l’aval du Sénat. Il s’agit de son fameux plan de relance de l’économie américaine pour contrer les affres économiques de la pandémie liée au Coronavirus. Ce plan de relance est chiffré à plus de 1,9 mille milliards de dollars. Cependant, lors du vote de ce vaste programme, seuls les démocrates ont dit oui au projet. Le camp adverse, notamment les républicains ont en bloc voté contre ce plan. Que reprochent ces derniers à ce projet de Biden ?

En quoi consiste ce plan de 1,9 mille milliards de dollars ?

Le décaissement de cette somme colossale est un souhait émis par le nouveau président américain lors des campagnes électorales. Cette décision a été motivée par les conséquences engendrées par le coronavirus notamment sur le plan social. Car depuis l’avènement de cette pandémie, près de 9,2 millions d’Américains ont déjà perdu leur emploi. Plusieurs familles se retrouvent donc dans la précarité. Ce plan de relance viendra soulager ces personnes qui se sont retrouvées du jour au lendemain au chômage. Il permettra aussi de financer les écoles fermées pour leur réouverture et de porter assistance aux petites et moyennes entreprises. Mieux, le financement de la campagne de vaccination est inclus dans ce projet.

Pourquoi l’opposition des républicains ?

Pour rappel, ce projet de Joe Biden est passé uniquement avec les 50 sénateurs dont disposent les démocrates au Sénat. Tous les élus républicains sont allés dans le sens contraire. Mieux, ils se sont fait rejoindre par un élu démocrate qui n’approuve pas aussi ce projet. Selon ces sénateurs républicains, ce plan de Joe Biden est jugé trop démesuré. Ainsi, comme proposition, ils souhaitent une baisse de la somme annoncée à 650 milliards de dollars. Une proposition qui a été automatiquement balayée de main par le camp présidentiel.